FAQ

Foire aux questions

Quelle est la meilleure saison pour venir en Indonésie?

Contrairement à ce que disent la plupart des guides, la saison des pluies en Indonésie n’est pas forcément de Novembre à Avril et il est fréquent d’avoir des pluies en Juin et Juillet, surtout dans les hauteurs. En revanche, il y a également de nombreuses très belles journées ensoleillées en Janvier et Février.

Quelles sont les religions présentes en Indonésie ?

Bien qu’étant le plus grand pays musulman au monde, l’Indonésie se partage en une multitude de religions différentes qui s’établissent dans un respect mutuel. Ainsi, on rencontre toutes les religions : des hindouistes à Java, des catholiques à Sulawesi, des bouddhistes ou même des confucianistes. Bien évidemment, peu importe la religion, tous ces gens sont agréables, accueillants et plein de joie de vivre !

Quelles sont les autres îles à visiter (autre que Bali) en Indonésie ?

Beaucoup de gens pensent que seule Bali et une île accueillante alors que toutes les îles d’Indonésie ont le sourire comme à Bali, et parfois même plus encore… Bali jouit de sa réputation touristique déjà faite mais il est bon à savoir que toutes les îles de cet archipel sont chaleureuses et bien souvent spectaculaires. Vous pouvez consulter les fiches destinations dans le Mag’ pour trouver plus d’informations sur les différentes îles.

Quel est le coût moyen d’un billet d’avion (France-Bali) ?

Entre 650 € et 1500 € en fonction de la période et du temps de réservation du billet avant le départ. Qatar Airways fait de bonnes promotions en général. Consultez-nous pour trouver les meilleurs tarifs.

Formalités Visa et passeport

Pour un séjour de moins de 30 jours, plus besoin de visa pour les ressortissants français, belges, suisses et canadiens (entre autres) arrivant par les principaux ports et aéroports du pays (dont ceux de Bali, Lombok, Jakarta, Surabaya, Yogyakarta). Il suffit de présenter son passeport valable encore 6 mois après la date prévue du retour, et comportant au moins une page vierge. Attention, cette facilité n’est pas accordée aux détenteurs de passeports d’urgence, qui devront demander un visa. (From Le Routard)

 

Attention : le visa gratuit ne peut pas être prolongé au-delà de 30 jours. Pour un voyage de plus de 30 jours, un visa touristique est donc toujours obligatoire pour de nombreux pays, dont la France, la Belgique, la Suisse et le Canada.

Deux possibilités pour l’obtenir :

– le plus simple, se procurer le visa lors de l’arrivée en Indonésie (35 US$, valable 30 jours, renouvelable une seule fois pour 30 jours de plus auprès des services d’immigration). On vous conseille d’avoir l’appoint en dollars et de ne pas régler en euros, car le taux de change à l’aéroport est défavorable et on ne vous rendra peut-être pas la monnaie.

– Avant votre départ, auprès de l’ambassade d’Indonésie. C’est plus cher, et plus compliqué. Le visa coûte 50 € et est valable 60 jours.
Les documents à fournir sont : un passeport valable au moins 9 mois après la date du dépôt de la demande ; un billet aller-retour pour l’Indonésie ou un justificatif de réservation/détails du vol ; une photocopie de titre de séjour pour les personnes de nationalité étrangère (hors des pays de l’Union européenne) ; un justificatif de domicile de moins de 3 mois pour les personnes titulaires d’un passeport de l’Union européenne ; un formulaire à remplir en ligne et à imprimer ; et une photo d’identité en couleur (deux pour les Suisses).

– Attention : dépasser sa date limite de séjour en Indonésie donne lieu à une amende d’environ 30 US$/j. Pas d’exception, on n’embarque pas pour son vol retour sans avoir réglé les amendes de dépassement. Il est fortement déconseillé de dépasser d’une semaine.

En cas de maladie / accident , est-il facile de trouver une clinique ou un hôpital ?

Oui, dans toutes les villes il existe des hôpitaux et concernant les plus petites villes, il existe des dispensaires « Puskesmas » où ils peuvent largement faire des petits soins pour un accident léger ou alors contacter une ambulance. Habituellement, ils sont ouverts 24h/24h.

Quelle est la durée de vol depuis Paris ?

Pas de vol direct pour Bali. 16h30 de vol pour Denpasar avec escale (à Amsterdam, Kuala Lumpur ou Bangkok). Il faut compter entre 19 h et 26 h de voyage.

Quel est le décalage horaire ?

L’indonésie s’étends sur 3 fuseaux horaires.

  • + 6h l’été, + 7h l’hiver à Bali.
  • +5h l’été, + 6h l’hiver à Java
  • +7 h l’été, + 8h l’hiver, à l’Est

Quel est la durée idéale d’un séjour en Indonésie ?

Afin de bien profiter de votre séjour nous conseillons de passer au minimum 12 jours sur place. 

Quel est la monnaie en Indonésie ? Le taux de conversion ?

C’est la roupie Indonésienne, 1 € = 16500 IDR

Quels sont les vaccins conseillés ?

  • vaccins universels (DTCP, hépatite B) ;
  • hépatite A ;
  • fièvre typhoïde ;
  • pour tout séjour en zone rurale (en particulier dans les rizières) : encéphalite japonaise.

Est-ce facile de retirer de l’argent à Bali ? Toutes les cartes bleues sont-t-elles acceptées ?

Il y a de nombreux ATM en Indonésie, ce n’est pas un soucis pour retirer de l’argent. Les cartes Visa et Mastercard sont généralement acceptées. Pour les cartes Américain Express, c’est un peu plus difficile.

L'indonésie en général

Informations d'ordre générales liées à l'Indonésie.

Formalités

Passeport

Passeport en cours de validité avec au moins une page vièrge, valable 6 mois après la date de sortie du territoire indonésien.

Visa

Séjour de moins de 30 jours : pas de visa pour les ressortissants français, belges et suisses. Pour les autres nationalités, se renseigner auprès du consulat ou de l’ambassade.

Pour un séjour de plus de 30 jours, prendre le visa payant (30euros) à l’entrée du territoire. Ce visa peut être étendu d’une durée de 30jours supplémentaires.

Santé

Vaccins obligatoires

Pas de vaccination obligatoire, sauf pour les voyageurs en provenance de pays où sévit la fièvre jaune.

Consulter le site de l’ambassade pour plus d’informations

France diplomatie

Géographie

l’Indonésie est constituée de 13 466 îles. D’après des estimations du gouvernement indonésien en 2008, 922 d’entre elles sont habitées. Elle s’étend des deux côtés de l’équateur. Les quatre plus grandes îles sont Célèbes, Sumatra, Kalimantan (partie indonésienne de Bornéo) et la Nouvelle-Guinée (partagée avec la Papouasie-Nouvelle-Guinée). L’Indonésie a des frontières terrestres communes avec la Malaisie sur les îles de Bornéo et Sebatik, la Papouasie-Nouvelle-Guinée en Nouvelle-Guinée et avec le Timor oriental sur l’île de Timor. L’Indonésie a des frontières maritimes avec Singapour, la Thaïlande, Palaos, la Malaisie, les Philippines et l’Australie au sud. La capitale du pays est Jakarta, sur l’île de Java. C’est la plus grande ville du pays suivie par Surabaya, Bandung, Medan, et Semarang.

Avec ses 1 919 440 kilomètres carrés, l’Indonésie est le 16e plus grand pays du monde en termes de superficie. Sa densité de population est de 134 habitants par kilomètre carré, la 79e mondiale, Java étant l’île la plus peuplée du monde et a une densité de population de 940 habitants par kilomètre carré. Avec 4 884 mètres d’altitude, le Puncak Jaya en Papouasie est le point culminant de l’Indonésie. Le lac Toba, à Sumatra, est le plus large lac volcanique avec une étendue de 1 145 kilomètres carrés. Les fleuves les plus longs du pays sont à Kalimantan, le Mahakam et le Barito, qui servent de moyen de communication et de transport entre les différentes installations sur les rives des fleuves. L’archipel est bordé à l’ouest par l’océan Indien et à l’est par l’océan Pacifique et comprend en son sein des mers comme la mer de Java, la mer de Banda, la mer de Célèbes ou encore la mer des Moluques.

L’Indonésie est située à la convergence de la plaque pacifique, la plaque eurasienne et de la plaque australienne. Il en résulte une très forte activité volcanique et des tremblements de terre fréquents. Le pays compte au moins 150 volcans actifs, dont le Krakatoa et le Tambora, tous les deux célèbres pour leurs éruptions dévastatrices au xixe siècle. L’éruption du supervolcan Toba il y a 70 000 ans a été l’une des plus grandes éruptions de la préhistoire humaine et une catastrophe planétaire. Le pays a également dû faire récemment face à des catastrophes naturelles importantes comme le tsunami de 2004 dont on estime les victimes à Sumatra à 167 736 personnes et le tremblement de terre de Yogyakarta de 2006. D’autre part, les cendres volcaniques ont beaucoup contribué à la fertilité des sols, ce qui permit à l’agriculture de se développer et de maintenir possible l’alimentation des îles densément peuplées comme Java et Bali.

(source: Wikipedia)

Climat

La saison des pluies

Contrairement à ce que disent la plupart des guides, la saison des pluies en Indonésie n’est pas forcément de Novembre à Avril et il est fréquent d’avoir des pluies en Juin et Juillet, surtout dans les hauteurs. En revanche, il y a également de nombreuses très belles journées ensoleillées en Janvier et Février.

Par sa situation, l’Indonésie présente soit un climat tropical, avec alternance de saison humide et de saison sèche, soit un climat équatorial, sans variation ni de température, ni de pluviométrie, humide toute l’année. Les précipitations annuelles moyennes varient, à basse altitude, entre 1 780 et 3 175 millimètres jusqu’à, dans les régions montagneuses, 6 100 millimètres. Les régions montagneuses sont situées en particulier sur la côte ouest de Sumatra, l’ouest de Java, Kalimantan, Sulawesi et la Papouasie, et sont très arrosées. Le taux d’humidité est souvent très haut, avoisinant 80 %. La température moyenne varie peu au fil de l’année ; la température moyenne quotidienne à Jakarta varie entre 26 et 30 °C.

(source: Wikipedia)

Population

La population de l’Indonésie est estimée à plus de 258 millions d’habitants en 20161. L’Indonésie est le quatrième pays le plus peuplé du monde après la Chine, l’Inde et les États-Unis75. Il s’agit de la 3e démocratie en nombre d’habitants. En 2012, 141 millions de personnes vivaient sur Java, l’île la plus peuplée du monde. En 2016, 25,42 % de la population était âgée de moins de 15 ans.

Sur la base de l’auto-déclaration, le recensement de 2010 dénombre plus de 1 100 groupes ethniques en Indonésie. Les linguistes dénombrent plus de 700 langues. Le groupe le plus nombreux sont les Javanais, qui représente 40 % de la population totale. Certains auteurs les décrivent comme politiquement et culturellement dominants. Viennent ensuite les Sundanais (16̤ %), les Malais (4̬ %) et les Batak (4̬ %). Il existe un sentiment national indonésien qui cohabite avec des identités régionales. Les dernières années du régime Soeharto et les premières années qui ont suivi sa démission en 1998 ont été marquées par des violences inter-religieuses et inter-ethniques. Ces dernières sont dues à l’installation dans certaines régions de populations originaires d’autres régions, soit de maniè̠re individuelles (comme les « BBM », Bugis, Buton et Makassar originaires de Sulawesi et établis aux Moluques), soit dans le cadre du programme de transmigrasi du gouvernement, dans le cas des Madurais de Kalimantan occidental. Les Chinois sont souvent décrits comme une minorité très influente. Ils passent pour contrôler la majorité des commerces privés et de la richesse du pays. Cette perception provoque un fort ressentiment envers eux et même des violences anti-chinoises. L’économiste indonésien George Aditjondro a démonté ce mythe.

Le naturaliste britannique Alfred Russel Wallace avait noté la présence de « deux races très fortement contrastées habitant l’Archipel – les Malais dans la moitié occidentale et les Papous en Nouvelle-Guinée dans les îles adjacentes. Entre les deux, on trouve des tribus qui sont aussi intermédiaires dans leurs caractéristiques principales ». Aujourd’hui dans le monde scientifique, on ne parle plus de « race » à propos des humains mais de « phénotype ». Ainsi, des généticiens peuvent écrire que « phénotypiquement, les groupes dans l’ouest sont similaires à leurs voisins d’Asie du Sud-Est continentale, que les groupes orientaux près de la Nouvelle-Guinée sont similaires aux Mélanésiens et que les populations entre les deux ont une apparence intermédiaire ». Ces mêmes généticiens, associés à d’autres, proposent un modèle de peuplement de l’archipel indonésien par Homo sapiens en quatre phases. La première est l’arrivée d’Homo sapiens il y a au moins quarante-six mille ans. La deuxième est constituée de migrations de chasseurs-cueilleurs depuis l’Asie continentale au début de l’Holocène il y a moins de onze mille ans, qui ont laissé des témoignages d’une culture du Hoabinhien à Sumatra. La troisième est l’arrivée d’agriculteurs de langue austronésienne venus du nord il y a environ trois mille ans. Enfin, la dernière phase concerne les mouvements liés aux échanges commerciaux, qui commencent sans doute dès le IVe siècle avant notre ̠ère avec l’Inde, et plus tard avec la Chine.

(source: Wikipedia)

Faune, Flore, Environnement

La taille de l’Indonésie, son climat tropical, et le fait que ce soit un archipel, donnent au pays le statut de seconde zone de biodiversité du monde (après le Brésil). Sa faune et sa flore mêlent espèces asiatiques et australasiatiques. Anciennement reliées à l’Asie, les îles de plaque continentale de Sunda (Sumatra, Java, Bornéo et Bali) possèdent une riche faune asiatique. De grandes espèces comme les tigres, les rhinocéros, les orangs-outans, les éléphants ou les léopards étaient abondantes jusqu’à Bali à l’est du pays, mais le nombre et la répartition de ces espèces se sont fortement réduits. Les forêts couvrent environ 60 % du pays.

À Sumatra et Kalimantan, les espèces prédominantes y sont asiatiques. Néanmoins, les forêts des plus petites îles ou de celles plus densément peuplées comme Java, ont été largement remplacées par des zones d’habitation et d’agriculture. Sulawesi, Nusa Tenggara et les Moluques, ayant été séparées depuis plus longtemps des continents, ont développé une faune et une flore uniques. La Papouasie, ancienne partie de l’Australie, est lieu d’une faune et d’une flore uniques proches de celles de l’Australie, incluant par exemple plus de 600 espèces d’oiseaux.

L’Indonésie est seconde après l’Australie en termes de degré d’endémisme, avec par exemple 26 % des 1 531 espèces d’oiseaux ou 39 % des 515 espèces de mammifères étant endémiques. Les 50 000 kilomètres de côtes de mers tropicales de l’Indonésie contribuent également au haut niveau de biodiversité du pays.

L’Indonésie abrite 47 grands écosystèmes naturels distincts où sont répertoriées environ 17 % des espèces de la planète ; probablement 11 % des plantes à fleurs, 12 % des mammifères et 37 % des poissons. Parmi ces écosystèmes, figure une grande variété d’écosystèmes maritimes et côtiers comme des plages, des dunes, des estuaires, des mangroves, des récifs coralliens ou des vasières. Le naturaliste anglais Alfred Russel Wallace, décrivit une ligne de division entre la distribution des espèces asiatiques et australasiennes. À l’ouest de cette ligne, connue sous le nom de ligne Wallace, les espèces sont asiatiques, et à l’est, elles sont de plus en plus australiennes. Dans son livre de 1869, The Malay Archipelago, Wallace décrit de nombreuses espèces uniques à cette région. La région des îles se trouvant entre la ligne et la Nouvelle-Guinée est aujourd’hui appelée Wallacea.

La forte population et l’industrialisation rapide de l’Indonésie créent de nombreux problèmes environnementaux auxquels la priorité n’est pas donnée en raison d’intérêts économiques. Les problèmes concernent entre autres la déforestation massive (souvent illégale) et les feux de forêt causant l’apparition de brume sèche au-dessus de l’ouest de l’Indonésie, de la Malaisie et de Singapour. Ils concernent également la surexploitation des ressources marines et les problèmes ayant trait à l’urbanisation et le développement économique rapides causant des problèmes de pollution de l’air, d’embouteillages, de gestion des déchets et de retraitement des eaux usées. La perturbation écologique menace de nombreuses espèces indigènes dont 140 espèces de mammifères répertoriées par l’UICN parmi lesquelles 15 sont en danger critique. L’Indonésie compte aujourd’hui 51 parcs nationaux.

(source: Wikipedia)

L'aventure

Informations liées au voyage et à l'aventure

À venir

Éco Tourisme

Engageons nous ensemble pour un tourisme responsable

Clés pour devenir un touriste responsable

Devenir un touriste responsable est à la portée de chacun d’entre nous. Cette notion de responsabilité dans le secteur touristique est avant tout basée sur des principes d’échange et de respect : Respect de vos hôtes, de leur culture et de la nature. Parce qu’un voyageur bien informé est garant du respect d’un certain équilibre et d’un accueil favorable, voici  quelques astuces pour vous permettre de réduire votre impact sur l’environnement, sans rien entamer à votre plaisir.

Culture locale

Respecter la culture locale.

En Indonésie, la main gauche est considérée comme impure (au grand dam des gauchers). Il est donc impoli de prendre ou donner quelque chose de la main gauche ou encore de manger avec. Il est parfois d’usage d’enlever ses chaussures à l’entrée d’un temple, lorsque l’on entre chez quelqu’un et même parfois dans certains magasins.  Petite astuce : prenez en indicateur la présence ou non de celles-ci devant l’entrée.

Traditions

Respecter les traditions.

Les Indonésiens sont fiers de leur pays et de leurs diverses religions. Ainsi, à Bali, veillez à ne pas piétiner les offrandes. Dans le reste du pays respectez les moments de prières de l’imam ou autres figures religieuses.

Autres petits conseils : ne pas exhiber la plante de vos pieds, ne touchez pas la tête des enfants et enfin se tenir bras croisés est synonyme de défi !

Comportements

Marchander fait partit du voyage.
Gardez votre calme et sachez négocier avec humour et patience. N’achetez pas d’objets sacrés ou traditionnels faisant partis intégrante du patrimoine historique, sauf bien sûr s’il s’agit de copies destinées à la vente. Veillez à respecter les lieux de cultes où l’on ôte ses chaussures s’il le faut et tenue correcte exigée !

Faune

Respecter la faune.

La vie sauvage n’a rien à voir avec un zoo, rappelons quelques évidences.

Parlez à voix basse pour respecter le silence de la nature et surtout ne pas effrayer les animaux. Ne les attirez pas avec de la nourriture, cela a pour conséquence de modifier leur régime alimentaire.

Observez-les à distance raisonnable, ne les touchez pas et ne les entourez pas afin de ne pas les faire se sentir en insécurité, ce qui risquerait notamment de les rendre agressifs.

Flore

Respecter la flore.

Respectez le balisage des chemins afin de ne pas piétiner les jeunes pousses.

Ne cueillez pas les plantes et fleurs en voie d’extinction : elles sont belles, ce serait dommage qu’elles disparaissent.

Lors de vos baignades, prêtez attention à ne pas abîmer les coraux car leur
régénération est lentre et peut prendre des décennies.

Préférez un lait solaire plutôt qu’une huile car cette dernière laisse d’importants résidus à la surface de l’eau et de plus, un lait solaire aura pour bénéfice d’hydrater et de sublimer votre peau.

La nature nous offre un musée à ciel ouvert, et elle est précieuse. On touche, mais seulement avec les yeux.

Déchets

Attention aux déchets.

Nous, occidentaux disposant de système de ramassage des détritus efficace et organisé, devons montrer l’exemple. Ne perdez pas vos bonnes habitudes.

Ne jetez pas vos déchets n’importe où. Si vous ne trouvez pas de poubelles à proximité, regroupez vos déchets en
attendant de pouvoir les jeter une fois de retour en ville.

Limitez les emballages autant que possible, les emballages plastiques notamment.

Tentez de rapporter les déchets nocifs en France (tels que les piles) puisqu’ils y seront plus aisément traités. Privilégiez soit dit en passant les appareils rechargeables.

Ne jetez pas vos mégots par terre.

Savez-vous qu’ils mettent plus de 2 ans à se décomposer totalement? Le cendrier de poche sera votre meilleur allié.

Resources

Préservons les ressources.

Veillez à l’eau : préférez les douches aux bains, ne laissez pas couler les robinets inutilement et prévenez toutes fuites d’eau.

Veillez à l’électricité : éteignez les appareils électriques plutôt que de les laisser en veille et n’abusez pas de la climatisation, souvent très énergivore.

De même chers touristes, même si un prospectus peut être très esthétique, il n’est néanmoins pas forcément utile … Essayez de simplement prendre note ou même en photo les informations dont vous avez besoin pour ne pas contribuer à l’excès d’utilisation de papier.

Bibliographie

Une sélection d'oeuvres traitant de l'Indonésie et de l'Aventure.

À venir

Contactez nous

Envoyez-nous votre numéro de téléphone si vous souhaitez être rappelé.